[Heavenly] «Play it, don’t say it !»

posté le 11.04.2016 par Leila Klouche

De passage à Montreux comme chaque année depuis plus de vingt ans, Q nous accorde quelques minutes de son temps si précieux. A 83 ans, il n’a pas cessé de parcourir la planète pour celle qui l’a fait vivre et pour laquelle il continue de vivre passionnément: la musique!

 

Toujours aussi beau et charmeur, Quincy Jones ne fait pas son âge. Ni le passage des années ni l’intensité d’une carrière sans repos ne paraissent dans son regard rieur. La vie a été bonne souvent et dure parfois, comme pour tout le monde, mais Quincy a su l’arranger à sa façon, comme un morceau de Louis Armstrong, joyeuse ou triste, mais toujours belle. Quel honneur vous nous faites, Mr. Jones; votre amitié est un trésor.

Photos: Younès Klouche

 

© Younès Klouche

© Younès Klouche

 

Votre lien de cœur avec le Montreux Jazz Festival est né de votre amitié avec Claude Nobs. Comment est-ce arrivé?
Entre Claude et moi, c’était organique, il n’y a rien à dire de plus. Comme dit Armstrong: «Play it, don’t say it!» Pour moi, c’est l’intervention divine qui lie les amis, comme quand on tombe amoureux et tout ça.

Cela fait plus de vingt ans que vous revenez à Montreux chaque année, et aujourd’hui encore, alors même qu’il n’est plus là.
Mais Claude est partout! C’est impossible d’y échapper. On le sent même dans les affiches des dernières éditions. Son esprit et cette vision fantastique sont toujours présents. Les musiciens du monde entier connaissent son festival et rêvent d’y jouer.

Après tant d’années, vous parlez un peu français?
Un petit peu... Pourquoi pas? (En français, avec l’accent)

 

Lire la suite

 

Commentaires

Laisser un commentaire